La guerre plus douce aux insectes nuisibles du jardin

Avoir le pouce vert et suivre des idées vertes, c’est merveilleux, mais il faut quand même empêcher les insectes nuisibles de réduire à néant nos efforts au jardin. Heureusement, on peut y parvenir sans recourir à des produits chimiques. La prévention, d’abord!

Larry Hodgson, qui aime se qualifier de jardinier paresseux, vous suggère de choisir des espèces végétales adaptées au climat de votre région; elles s’établiront mieux et, de ce fait, seront moins fragiles aux intempéries et aux ravageurs. Par ailleurs, l’épandage d’un paillis repousse bon nombre d’insectes rampants. De plus, en amendant chaque année votre platebande avec du compost, vous garderez vos plantes en santé et réduirez leur vulnérabilité.

Ouste! les visiteurs indésirables
Malgré les précautions, il reste difficile de fermer la porte à tous les visiteurs indésirables. Pour protéger vos plantes, des solutions écologiques et de bonnes vieilles recettes de grand-mère s’offrent à vous.

Pucerons : Pour repousser ces parasites de vos rosiers, macérez deux gousses d’ail, un oignon et une cuillérée à thé de poivre de Cayenne moulu dans un litre d’eau bouillante, auxquels vous ajouterez une cuillérée à thé de savon noir (vendu dans les magasins d’aliments naturels). Le mélange doit être pulvérisé sur les insectes pour être efficace.

Limaces et escargots : Ces mollusques détestent, semble-t-il, les pépins de pamplemousse. Vous pouvez aussi les attirer avec une assiette remplie de bière que vous placerez au pied des plantes attaquées; elles viendront s’y noyer durant la nuit. Autrement, vous pouvez vous en débarrasser en répandant des coquilles d’œufs brisées dans votre plate-bande.

Vers blancs : Que faire contre ces fameuses larves de hanneton commun qui causent tant de dommages à la pelouse? Lorsque vient le temps de ressemer, on peut bien entendu supprimer les larves en creusant, et ainsi freiner l’infestation. Il existe également un parasite naturel des vers blancs: les nématodes entomopathogènes, que l’on peut acheter dans un centre de jardin. Ici encore, la prévention est une bonne chose; gardez l’herbe plus longue, faites de l’herbicyclage (en laissant sur place les rognures de la tonte) et limitez l’éclairage nocturne qui attire les insectes adultes en quête d’un site de ponte.

Ces quelques méthodes vertes réduiront l’usage des pesticides et limiteront l’impact de ce genre de produit sur vos plantes et votre potager. Le site Internet du Jardin botanique de Montréal consacre une section aux insectes ravageurs et aux solutions pour s’en défaire. Visitez www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/biblio/carnet.htm. Pourquoi ne pas profiter de l’inspiration des experts en faisant un tour cet été au Jardin botanique et… à l’Insectarium!

Et n’oubliez pas en fin de semaine de cultiver plein de bonheur et d’amour en soulignant la fête des si précieux papas!