Des déchets qui se transforment en une ressource verte

Le 13 mars dernier, lors de l’inauguration officielle de son usine de gaz naturel vert, la société Complexe Enviro Progressive était fière de compter parmi ses invités le maire de Terrebonne et préfet de la MRC des Moulins, Jean-Marc Robitaille, le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec et ministre responsable de la région de Lanaudière, Pierre Arcand, et le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, David Heurtel.

Le biogaz généré sur le LET de Terrebonne est composé à près de 60 % de méthane et un peu moins de 40 % de gaz carbonique, contenant en deçà de 1 % d’autres gaz, comme le sulfure d’hydrogène, par exemple. Pour en faire du gaz naturel, il suffit de ne garder que le méthane. Mais comment séparer ces entités qui cohabitent normalement?

Par une méthode longuement réfléchie et simplifiée, il est possible d’y arriver : grâce à la circulation du gaz dans l’eau d’épurateurs, les gaz indésirables sont attirés à l’eau comme à des aimants, permettant de séparer et d’enrichir le méthane à près de 97 %. Le gaz est ensuite nettoyé par un polissage au charbon actif et ainsi libéré des traces de gaz indésirables. Une fois le méthane purifié, il est compressé pour être injecté dans le pipeline de gaz naturel de Gazoduc TQM (TransQuébec & Maritimes), et le cycle peut recommencer.

Ce projet – qui représente l’une des plus importantes usines de production de gaz naturel en Amérique du Nord – est l’aboutissement de sept années de labeur et l’équipe de Complexe Enviro Progressive en tire une grande fierté. L’entreprise tient à remercier les gens qui ont mis la main à la pâte : Yves Normandin, vice-président Québec, Benoit Spedding, directeur Énergie, Daniel Goupil, coordonnateur Contrôle environnemental et Énergie, ainsi que tous les employés de la centrale électrique et de l’usine qui ont rendu ce projet viable.

Cette usine est non seulement une réalisation novatrice, mais elle change la perception du service essentiel de la collecte des ordures, une ressource autrefois perçue comme étant perdue, aujourd’hui transformée en ressource verte, utile et rentable. « Ce projet s’inscrit dans le virage que prend le Québec en matière d’énergie renouvelable. Nous encourageons Vision Enviro Progressive à poursuivre son travail et à contribuer à notre transition vers une société plus verte », a déclaré le ministre Heurtel, lors de sa visite de l’usine en compagnie d’autres invités de marque et des médias. La société, qui a mis l’usine en exploitation en septembre 2014, a d’ailleurs créé un bon nombre d’emplois dans le domaine, ce qui favorise la relance économique et va de pair avec l’utilisation de ressources locales.

C’est en s’y mettant tous ensemble que nous réussirons à faire d’autres pas de géant! Continuons sur cette bonne lancée!